AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 the walking dead + jeonghwa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 83
Date d'inscription : 08/09/2016
Age : 25
Situation : célibataire, il n'est même pas sur d'avoir le droit à l'amour

Lee Dak Ho
MessageSujet: the walking dead + jeonghwa    Dim 11 Sep - 0:06

the walking dead
Jeong Hwa & Dak Ho


tenue + Libéré, délivré ! Tu as enfin fini ta journée ! Un soupire, alors que tu sors bien rapidement de l'université en essayant de ne pas trop attirer l'attention. C'est bien ça le problème, c'est que tu es tellement parano que tu as toujours l'impression qu'on te regarde, qu'on parle sur ton dos, qu'on te montre du doigt alors pour ne pas devenir totalement fou dans ces moments-là, tu sors simplement les écouteurs bleus de ta poche pour les mettre à tes oreilles avant d'enclencher la musique. Voilà de la musique qui t'apaise et qui calme ton coeur bien trop rapide. Du piano, y'a que ça de vrai ! Si tu apprécies de temps en temps un peu de pop ou de rap, ou encore d'écouter les groupes d'idoles de ton pays, il n'y a que la musique classique et principalement le piano qui te calme. Tu as trouvé cela lors d'une thérapie décidée par ton père adoptif, mais aussi ton  psychiatre. Il a eu cette idée juste après ton adoption alors que tu fêtais tes dix-sept ans pour te payer des cours de piano et il se trouve qu'en plus d'être extrêmement doué dans cet art, tu as également trouvé un moyen de canaliser tes angoisses. Malheureusement ça ne fonctionne pas toujours.

Sur les trajets, c'est toujours bien, puisque tu marches à pas rapides et que tu te concentres sur autre chose que les messes basses qui pourraient attirer ton attention. Mais quand tu te stoppes c'est bien plus difficile. Mais aujourd'hui tout va bien puisque tu rejoins ton meilleur ami pour aller boire un chocolat dans le coffee shop du coin. Lui ça sera surement de la caféine, mais pour toi c'est interdit, tu es déjà bien trop sur les nerfs à tous moment de la journée donc ça sera une petite note sucré avec un chocolat. Vous êtes habitués à venir ici, c'est presque devenu un petit rituel mais tu as toujours cette appréhension. Même si tu as la musique à fond dans les oreilles, la petite voix qui se réveille parfois passe bien au-dessus des notes de musique. Mais tu as de la chance pour le moment, personne ne semble t'accompagner... Ce qui veut dire que tu n'hallucines pas et c'est déjà un bon point en sachant que Georges, cet étudiant américain d'à peine plus vieux que toi, est souvent à tes cotés en cas de besoin.

Mais le soucis c'est, que même si tu as conscience qu'il n'est pas réel, que ce n'est que le fruit de ton imagination, quand il est là tu te laisses toujours avoir et tu finis par lui parler comme s'il était un ami de longue date. Mais les notes de piano font toujours un bon effet c'est sans la compagnie de Georges que tu arrives au lieu de rendez-vous. Parce que Jeong Hwa n'étudie plus, Monsieur travail et toi tu es toujours à l'université alors c'est un peu plus difficile parfois pour vous voir, surtout que le Docteur Lee surveille énormément ton emploi du temps afin de toujours savoir ce que tu fais et si l'activité n'est pas déconseillée pour toi. Mais parfois, tu désobéis, rappelant que tu as vingt-quatre ans et que tu veux pouvoir vivre comme n'importe quel type de ton âge. Le traitement fait son effet, mais parfois les émotions sont bien trop fortes pour que ces choses-là fonctionnent.

Les écouteurs sont enfin retirés quand tu arrives devant ton ami, déjà présent dans la file d'attente. Jeong Hwa est ton seul ami, depuis presque dix ans maintenant et il est le seul en qui tu as une confiance aveugle en dehors de tes parents adoptifs. Il est le seul à ne s'être jamais moqué de toi et à te soutenir autant que tu l'as soutenu lors de ses propres soucis au lycée. Vous étiez les victimes des brutes, pas pour les mêmes raisons et quand il a finalement reprit sa revanche sur la vie, il a toujours été à tes cotés, sans t'abandonner. Pourtant, il y a cette petite voix qui te dit sans cesse qu'il finira par te trahir, qu'il deviendra finalement comme les autres. « hey ! » Tu le salus d'un signe de la main avec un sourire alors que tu approches sagement. Tu es rassuré que le coffee-shop ne soit pas trop fréquenté aujourd'hui. Enfin ça c'est avant qu'un groupe de filles débarquent en bande. Tu reste calme cependant, c'est pas la mort, c'est bien non les filles ? Sauf quand tu es coincé dans la file d'attente avec trop de monde pour toi. Tu joues nerveusement avec les pans de ta chemise, fixant le sol en marmonant. « respire. reste calme. » puis soudainement tu donnes un coup de coude vers la gauche, alors qu'il n'y a personne puisque ton ami est à ta droite. « rho mais tais toi donc ! dis pas ça c'est pas correcte ! » il faut que tu restes calme, tu fermes les yeux alors que le type au comptoire prend tout son temps pour préparer les commandes.

Restons zen. Mais c'est difficile de l'être quand le peu d'espace que tu as pour respirer est rempli de monde, quand les gens trop nombreux finissent même pas te bousculer pour etre sur d'etre sur place. Tu as mal à la tête, tu aimerais sortir mais tu as l'impression d'être cerné de toute part. C'est comme être pris en otage et être incapable de bouger, d'être figé sur place. « tais-toi. tais-toi. tais-toi. tais-toi. tais-toi.  » murmures-tu en boucle alors qu'il y a ce type, avec son arbalète pas loin de toi qui ne cesse pas de dire que tu vas mourir ici, bouffé par ces filles, qu'elles deviendront des zombies. Le type sors tout droit de Resident Evil ou de The Walking Dead, c'est pas possible autrement. Tu paniques, sans même te rendre compte. Tu entends des murmures, des chuchotements, tu finis par regarder autour de toi et tu les vois tous te regarder. Non.. pas ce regard, tu connais ce regard, tu l'as vu durant toute ta vie, et surtout au lycée. Tu as envie de fuir, de pleurer, de te cacher et pourtant tu es figé, là, debout a coté de Jeong Hwa en serrant ta chemise entre tes doigts.

Made by Neon Demon




dream geudaeui changjowa salmui kkeute hamkke hari dream geudaeui jariga eodiljirado gwandae hari dream gyeolguk siryeonui kkeute mangaehari dream sijageun miyakhaljieonjeong kkeuteun changdaehar — agust d + so far away.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 78
Date d'inscription : 07/09/2016
Age : 26
Situation : Célibataire

Il Jeong Hwa
MessageSujet: Re: the walking dead + jeonghwa    Ven 16 Sep - 5:23

the walking dead
Jeong Hwa & Dak Ho


tenue + Les journées étaient longues, au boulot. Mais il ne s'en plaindrait pas. Non, jamais de la vie. Au moins avait-il un salaire intéressant et pouvait-il travailler dans le domaine qui le passionnait vraiment, à savoir les jeux vidéos. Lorsque sa candidature avait été retenue dans cette boîte, il n'avait plus que se réjouir. Il était à ce moment là en compagnie de Dak-Ho et lui avait sauté dans les bras une fois qu'il avait raccroché en hurlant son bonheur d'avoir été embauché. Et son meilleur ami s'était naturellement réjouit pour lui. C'était comme ça entre eux, ils s'apportaient sympathie, soutien, compassion... Mais pas que. Ils se disaient toujours la vérité. Toujours. Pas de mensonge entre les deux garçons qui s'étaient connus à l'adolescence. C'était hors de question. Leurs jardins secrets étaient ouvert à l'autre, ils se livraient sans tabou. En tout cas l'avaient-ils toujours fait. C'était d'ailleurs en partie comme ça que Jeong Hwa avait découvert la pathologie de son meilleur ami : la schizophrénie. C'était un gros mot. Un mot qui effrayait. Et il n'allait pas mentir, lorsqu'il l'avait compris, il était resté un peu dubitatif. Devait-il continuer à le fréquenter ? Dak Ho pouvait-il être dangereux ? Jusqu'où pouvait aller ses crises ? Se sentirait-il capable d'assumer leur relation en public dans un moment un peu particulier ? Un « débordement » de son ami ? Et au fur et à mesure, ces questions avaient trouvé réponse sans même qu'il y songe. Dak Ho était son meilleur ami. Ils s'étaient trouvés et ils ne se lâcheraient plus. Qu'importe leurs problèmes respectifs. Qu'importeraient le regard des gens. Il aimait son ami, et il resterait à ses côtés jusqu'au bout. Au bout de quoi ? De tout. Jusqu'à la fin. Il le savait. Il le sentait. Cette relation était faite pour durer.

Sortant enfin de l'entreprise dans sa tenue décontractée – pour ça son lieu de travail était agréable – il enfonça les mains dans ses poches en commençant à marcher en direction du café qui se trouvait près de l'université. Ils devaient y retrouver son ami justement et il avait vraiment hâte. Il voulait lui parler de sa journée et lui demander des informations sur la sienne. Parfois, juste la présence de Dak Ho était suffisante pour qu'un sourire idiot naisse sur son visage. C'était ça qu'ils s'évoquaient l'un à l'autre : un sourire. La compagnie de Dak Ho avait quelque chose de rafraîchissant. Il avait une sorte de candeur qui permettait d'oublier un peu la difficulté de la société actuelle. Du moins lorsque ses hallucinations ne les rattrapaient pas en pleine discussion. Ca avait pu l'agacer, quelques fois, lorsqu'il n'était pas d'humeur. Mais la plupart du temps... ça l'inquiétait seulement. Voir son ami en panique ou se mettre à parler à quelqu'un d'invisible avait quelque chose de triste. A quel point avait-il souffert pour que son cerveau en vienne à créer une autre réalité ? Il lui avait raconté quelques épisodes de sa jeunesse. Mais certainement Dak Ho ne pourrait-il jamais se rendre compte de la gravité des choses, du traumatisme que ça avait pu engendrer. Lui avait connu quelques horreurs à l'âge de 15 ans mais en toute objectivité, il s'en sortait plutôt bien. Il n'avait plus réellement souffert dès lorsque Dak était entré dans sa vie. Il ne souffrait vraiment que justement lorsqu'il était témoin de moments durant lesquels Dak était complètement perdu dans son monde, son imaginaire prenant le dessus. Et il avait toujours l'impression d'être impuissant alors. Mais ça n'était pas si fréquent que ça, au final. Ou peut-être s'était-il un peu habitué ?

La vitrine du coffee shop s'étendait enfin devant ses yeux et il sourît. Il jetta un coup d'oeil aux alentours, pour s'assurer que son meilleur ami n'est pas en terrasse avant d'entrer. « Ouh la... » souffla-t-il. Il y avait foule. La queue qui s'étendait jusqu'à la caisse était plutôt impressionnante. Il décida alors de s'engager à la suite, se disant qu'au moins ils gagneraient du temps. Et puis il savait déjà à peu près ce que voudrait son ami : un chocolat chaud. Il adorait ça. Tout sauf du café dans le fond. Il s'apprêtait à lui demander confirmation par texto lorsqu'il entendît un « hey ! » Cette voix, il la reconnaîtrait entre mille. Il releva les yeux de son portable vers Dak Ho qui le saluait déjà de la main avec un sourire. Jeong Hwa le lui rendît et prît doucement son épaule dans la sienne lorsqu'il le rejoignît. « Salut ! » s'entousiasma-t-il, content de le voir, tout simplement. « J'allais t'envoyer un message pour être sûr de ce que tu voudrais. Je suppose qu'un choc... » il s'interrompît alors qu'il remarquait que Dak Ho ne l'écoutait pas. « Dadak... ? » s'enquît-il d'une voix douce alors que ce dernier marmonnait dans sa barbe. Il sursauta légèrement en le voyant envoyer son coude dans le vide mais comme dans l'intention de repousser quelqu'un. Et il comprît : la foule. Dak Ho détestait la foule. Ou du moins n'y était-il jamais à l'aise. « Rho mais tais toi donc ! Dis pas ça c'est pas correcte ! » lança son camarade. C'était presque comme s'il n'existait plus aux côtés de Dak Ho. Ce dernier s'était perdu dans son imaginaire. Il jeta un coup d'oeil autour d'eux. Les regards étaient déjà attirés vers eux. Il n'aimait pas ça. Non pas qu'il soit gêné. Mais il détestait le jugement qu'il pouvait lire dans leurs yeux.  « Tais-toi. Tais-toi. Tais-toi. Tais-toi. Tais-toi. » répétait comme une litanie son pote en proie à la panique. Panique confirmée par ses yeux hagards regardant partout autour de lui comme s'il était en danger. Hésitant, Jeong Hwa finît par attraper ses épaules et tourner son ami dans sa direction, pour qu'il lui fasse face. « Hey, Dak ? Dak Ho, tu es avec moi ? » l'interrogea-t-il dans le but de détourner son attention de tout ce qui pourrait l'effrayer, réel ou non. « C'est Jeong Hwa. J'suis là, ok ? Regarde-moi. » répétait-il, essayant de capter les iris déboussolés de son pote. Il posa même une main ferme sur ses joues pour immobiliser sa tête et le forcer à le regarder. « Je suis là Dak... Ok ? Essaie de te focaliser sur ma voix, tu veux bien ? » Il pinça les lèvres. A vrai dire, il n'avait jamais aucune idée de comment le ramener à lui. Il ne savait jamais quel serait le déclencheur d'une crise ni l'interrupteur qui le ramènerait à la réalité. Et rien ne garantissait que Dak Ho ne le mêlerait pas à son hallucination aussi. C'était le hasard le plus total. Et ça n'avait rien de bien rassurant au fond. Il se sentait inutile...

Made by Neon Demon


There’s no way I miss you.
There’s no way I’d feel like that. I’m just a bit lonely, that’s why tears fell down. You were so bad to me, you tore apart my heart. But why now ? I think I’m crazy. Why am I thinking of your face ? I shouldn’t do this.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 83
Date d'inscription : 08/09/2016
Age : 25
Situation : célibataire, il n'est même pas sur d'avoir le droit à l'amour

Lee Dak Ho
MessageSujet: Re: the walking dead + jeonghwa    Ven 16 Sep - 11:15

the walking dead
Jeong Hwa & Dak Ho


tenue + Rejoindre ton meilleur ami pour boire un bon chocolat chaud est une sorte de tradition que tu adores. Depuis qu'il a quitté l'université, tu te retrouves vraiment tout seul et bien qu'il y ait quelque visage qui ne se moquent pas de toi, la présence de ton ami te manque particulièrement. Avec lui tout semblait normal, tu ne faisais plus trop de crise, tu pouvais même sourire sans avoir ce regard triste et tu pouvais enfin oublier toutes ces choses que l'on dit sur toi parce qu'il te rassurait. Mais maintenant il n'y a plus personne pour poser une main sur ton épaule dans ses moments là et te dire qu'ils ont tort. Tu es tout seul et c'est difficile à vivre. Pourtant, tu ne veux pas l'embêter avec ça, tu ne veux pas qu'il culpabilise ou que vous vous disputiez. Il doit faire sa vie, tu ne peux pas toujours être le boulet asociale et compliqué qu'il traine à sa cheville. Tu gardes tout cela pour toi et tu tentes simplement de lui sourire et lui dire que tout ce passe bien. Tu lui adresses un signe de la main quand tu approches et tu t'approches en essayant de ne pas regarder la foule. « Salut ! J'allais t'envoyer un message pour être sûr de ce que tu voudrais. Je suppose qu'un choc... » Mais bien que tu entends ses paroles, tu n'es déjà plus là. « Dadak... ? » Il suffit parfois de peu de chose pour qu'une hallucination se présente, un evenement, une peur, un doute mais cette fois c'est uniquement la peur de la foule qui te met dans un état pareil. Pourtant tu tentes de lutter, lui demandant de se taire pour pouvoir te consacrer à ton ami mais les hallucinations sont souvent plus fortes que toi et tu te fais écraser comme un moucheront à coté d'eux. Il y a des hallucinations qui sont la uniquement pour te tenir compagnie, comme Georges, présent depuis toujours, et d'autres que tu ne vois qu'une fois, dans des moments précis. Et il a fallut que ce soit un tueur de zombies. Dans un sens, tu aurais préférer voir Mickey, au moins lui il est cool.

« Hey, Dak ? Dak Ho, tu es avec moi ? » Tu l'entends, tu entends cette voix qui t'appelle, une voix que tu connais par coeur et qui avait toujours eu le don de te rassurer. Tu le cherches des yeux, comme si tu n'arrivais plus à savoir où ton ami se trouvait. Il est là, quelque part, non loin de toi, mais tu n'arrives plus à le voir parce que les choses autour de toi prends des proportions apocalyptiques. « C'est Jeong Hwa. J'suis là, ok ? Regarde-moi. » Il n'est pas loin et quand sa main fraiche se pose sur ta joue tu sais où il est. Une main vient se poser sur son poignet que tu serres comme pour tenter de revenir à la vie réelle mais c'est difficile parce qu'il y a le reste.. et le reste est effrayant. « Je suis là Dak... Ok ? Essaie de te focaliser sur ma voix, tu veux bien ? » Sa voix. Oui te focaliser dessus pour reprendre tes esprits. Tu aurais pu le faire si la foule autour de toi ne te donnais pas l'impression de te sentir écraser, de te sentir prisonnier. Tu as peur, tu es terrifié, mais les crises de paniques tu les connais pourtant, elles ne se ressemblent jamais et c'est bien la première fois que tu te retrouves en compagnie d'un mec sortie tout droit d'un film de zombie.

Tu finis enfin par trouver les yeux de ton meilleur ami et les tiens ne peuvent s'empêcher de verser quelques larmes. Les regards des autres sont posés sur toi, mais tu es habitué. Tu es le fou de service, le pauvre type qu'on accuse toujours d'être drogué sans jamais savoir, le débile qui parle tout seul, le mec dans un mauvais trip. Tu es habitué, mais ça fait toujours mal, c'est toujours douloureux de savoir que personne ne peut vous comprendre. Mais quand tes yeux se posent véritablement sur ton ami, que tu redécouvres les traits de son visage, celui-ci se décompose et c'est de l'horreur qu'on peut apercevoir. Tu as pourtant bien prit ton traitement, comme toujours puisque tu le prends devant témoin tous les matins, mais il suffit que les émotions soient bien trop fortes et que tu ne saches plus comment réagir.  « ton.. visage... il.. comme eux.. toi aussi.. t'es comme eux.. » Ho évidemment il ne peut pas comprendre et au pire des cas il pensera que tu le compares à ces gens qui t'insultent et te regardent comme si tu avais la peste. Mais non, c'est simplement que ton ami aussi, se perd dans ton imagination et que dans ta tête, tu ne vois plus qu'un simple zombie recouvert de sang.

Tu fuis, reculant de quelques pas avant de bousculer quelqu'un qui te grogne presque dessus pour que tu fasses attention, mais ce zombie, se transforme encore pour ressembler a ses créatures horribles et sanguinaires qu'on peut voir dans resident evil. Pourquoi des zombies d'ailleurs ? Tu n'as même pas d'explications face à tout cela. Tu finis au sol, les fesses sur le carrelage du coffee-shop alors que tu remontes les genoux contre toi, tes mains sur tes oreilles pour ne plus entendre les paroles absurdes de cette hallucination. « tout ça n'est pas vrai. c'est pas vrai. les zombies n'existent pas. c'est pas vrai. me tuez pas. je veux pas mourir. » Parce que même si tu tentes désespérément de revenir à la réalité, il y a malgré toute cette peur de finir bouffer par les zombies.

Made by Neon Demon




dream geudaeui changjowa salmui kkeute hamkke hari dream geudaeui jariga eodiljirado gwandae hari dream gyeolguk siryeonui kkeute mangaehari dream sijageun miyakhaljieonjeong kkeuteun changdaehar — agust d + so far away.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: the walking dead + jeonghwa    

Revenir en haut Aller en bas
 

the walking dead + jeonghwa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The Walking Dead
» THE WALKING DEAD RPG
» The Walking Dead
» The Walking Dead
» The Walking Dead (Saison 6) + Fear The Walking Dead (Saison 1)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Séoul city :: Hongdae :: Bar et restaurants-