AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Le français, créateur de liens sociaux since 1873 [Lison&JungWoon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité
MessageSujet: Le français, créateur de liens sociaux since 1873 [Lison&JungWoon]   Lun 15 Aoû - 1:23

Je marchais tranquillement dans les rues de Séoul, mes écouteurs dans les oreilles, chantonnant au rythmes d'une chanson de Céline Dion, mon idole de toujours – bon d'accord, je n'assume pas, mais personne n'est au courant que j'écoute 'pour que tu m'aimes encore' au moins trois fois par jour. Sauf mon frère qui adore me vanner là dessus.
Enfin bref, il pleuvait quand je suis sortie de la fac, et heureusement j'avais un gilet à capuche, que j'avais immédiatement remontée sur ma tête, ne voulant pas que mes cheveux parfaitement brushingé pour les faire joliment bouclés prennent la pluie. Hors de question que je ne ressemble à rien. Alors d'accord, je rentrais juste chez moi, mais imaginez que je rencontre l'homme de ma vie sur le chemin ? On sait jamais quoi.

J'étais plutôt joyeuse, j'avais toujours aimé la pluie… Faut dire qu'au Pays-Bas, la pluie c'était le quotidien. En marchant sur le trottoir, plutôt étroit, mais vide parce que les gens ont sûrement pris la voiture où le métro par ce temps, je me demandait si c'était possible qu'une voiture passe à toute vitesse, roule dans une flaque, et m'éclabousse d'eau sale… Sûrement que ça n'arrive que dans les films ça.
Comme pour me prouver que j'avais tort, une voiture de sport blanche passa juste à ce moment là, projetant de l'eau marron/grise en ma direction, me trempant. Je me figeais sur place, l'eau était froide et cette sensation d'humidité et de saleté… J'avais horreur de ça. J'enlevais mes écouteurs d'un air énervé, tapant légèrement du pied sur le bitume.

« YAH ! Connard ! »

C'était dans mon habitude de jurer dans ma langue maternelle, au moins ça ne choquait personne, quand je jurait en coréen, les gens me regardait bizarrement… C'est vrai que voir une fille aussi féminine que moi parler comme un camionneur, ça pouvait choquer.  

« Ah, sérieusement, cet enfoiré… Faire attention ça l'aurait tué ? »

Oui, parce que me parler français à moi même dans une rue presque vide ça ne me dérangeait pas. De toute façon je me parlais souvent à moi-même. J'essayais même pas de ne pas le faire de peur que les gens me prennent pour une folle. Il n'y avait rien de mal à parler toute seule de toute façon. Enfin bref, là n'était pas la question, la question c'est que j'étais trempée et que mon chemisier commençait à me coller et qu'il était tout sale. Je ne voulais même pas penser au milliards de bactéries qui devaient se trouvait dans l'eau précédemment sur la route et maintenant en contact avec ma peau. Je frissonnais rien que d'y penser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 02/08/2016
Age : 20
Situation : célibataire

Ahn Jung Woon
MessageSujet: Re: Le français, créateur de liens sociaux since 1873 [Lison&JungWoon]   Ven 19 Aoû - 15:27

Le français, créateur de liens sociaux




J’avais eu une journée très occuper au final. J’avais du arrivé très tôt le matin pour un essayage. On avait beau avoir pris mes mesures, mais il arrivait souvent que cela ne fasse pas à la perfection. En général cela est simplement un changement de grandeur, mais cette fois-ci, cela ne pouvait pas être le cas. C’était une compagnie qui faisait des vêtements propres qui voulait vanter leur talent de faire du sur-mesure. Il fallait donc que les vêtements soient parfaits sur moi. Cela était très long par contre comme la couturière faisait les modifications juste à côté de moi. Cette séance d’essayage avait duré plusieurs heures interminables. Sans compter le fait que je commençais à avoir faim.

Après ma séance d’essayage, je devais aller à l’école. J’étais arrivé un peu en retard comme cela avait duré plus longtemps que prévu, mais j’avais prévu mon professeur que j’allais surement arrivé en retard. Je dois dire que c’était un peu compliqué allié ma vie d »étudiant à celle de mannequin, mais j’y arrivais pas si mal au final. Ma journée de passa bien et je tricha un peu sur mon régime. De toute façon, même avec ce régime, je ne perds pas vraiment de poids donc je ne vois pas trop à qui il sert.

Une fois ma journée fini, mon manager voulait me rencontrer et j’ai donc du allé dans mon agence. Il voulait d’ailleurs parler de mon régime et comme quoi que je doive mieux le respecter si je voulais voir des résultats. Il me dit que c’était mon dernier avertissement avant qu’il m’en impose un encore plus exigent. Je soupirai doucement avant de sortir. Il pleuvait et je n’avais pas de parapluies malheureusement. Je marchai un peu quand j’ai cru entendre un « connard ». Je devais avoir rêver. Personne ici ne parlait en français ici ou presque. Par contre, je n’avais plus de doute quand j’ai vu une fille dire une phrase complète dans cette langue. Je ris doucement avant d’aller la rejoindre.

« Je ne pense pas que cela soit une bonne idée de parler français ici comme je doute que même si la personne t’aurais entendu, il n’avait pas compris un seul mot. »

J’avais bien sûr pris la parole en français. Je dois dire que depuis mon arrivé à Séoul, j’avais peur de perdre cette langue. Je parle un peu avec mon amie de Montréal, mais c’est principalement à l’écris. Je remarquai que ses pantalons étaient complètement mouillés.

« Tu habitues proche d’ici? Parce que si non, je suis sûr que je pourrais te trouver des vêtements dans mon agence pour pas que tu tombes malade. »


code par liden



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le français, créateur de liens sociaux since 1873 [Lison&JungWoon]   Sam 20 Aoû - 19:49

Une voix masculine me tira de ma bouderie, je n'avais pas rêvé, on m'avait bien parlé en français ? C'était tellement rare d'entendre des gens parler dans ma langue maternelle ici, à part ma famille, je crois que personne ne m'avait jamais fait la conversation en utilisant cette magnifique langue qui me manquait tellement. Je levais le visage pour croiser le regard d'un jeune homme, et décida de lui sourire en secouant doucement la tête.

« C'est sûr, mais c'est une habitude quand je suis choquée, énervée ou fatiguée, mon cerveau ne traduit pas, et je me retrouves à parler français… D'un coté ça a ses avantages quand je veux répondre à un prof où quelque chose comme ça, un petit mot en français et personne ne me réprimande. De même quand j'insulte gentiment mes amis. Mais du coup, tu parles aussi français ? Tu viens d'où ? »

j'étais tellement contente que quelqu'un d'autre parle cette langue, à part mes frères et sœur et ma maman, personne ne me parler français, c'était dommage, j'aurais voulu avoir un ami avec qui converser. Alors évidement, maintenant qu'un garçon aussi canon que celui qui se tenait devant moi me parlait dans ma langue maternelle, je ne pouvais qu'être curieuse – et aussi super excité d'avoir trouvé quelqu'un à qui parler.
Je baissais les yeux sur mes vêtements en grimaçant. Et secouait une nouvelle fois la tête.

« Non, j'ai bien une vingtaine de minutes à faire à pied… Tu penses vraiment que tu pourrais me passer des vêtements ? Je t'en serais éternellement reconnaissante, je hais vraiment la saleté... »

C'était vraiment la saleté qui me gênait, le froid, je ne le craignait pas. j'aimais même bien ça en fait.

« Tu parles d'une agence de quel genre ? Je suis curieuse, je sais, m'en veux pas ! »

Dis-je avec un grand sourire, cet homme magnifique serait mon sauveur si jamais il arrivait à me procurer de quoi me changer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 02/08/2016
Age : 20
Situation : célibataire

Ahn Jung Woon
MessageSujet: Re: Le français, créateur de liens sociaux since 1873 [Lison&JungWoon]   Dim 21 Aoû - 17:14

Le français, créateur de liens sociaux




J’avais été surpris d’entendre une fille parler en français et je n’ai bien sûr pas manqué d’aller lui parler. Ce n’est pas à Séoul que j’allais croisé des personnes qui parlent français. Je pensais que principalement seule ma famille et certains étrangers parlaient cette langue ici. Je ne parlais pas souvent en français depuis mon retour à Séoul comme mes parents parlaient en coréen avec moi et que j’avais donc juste mes amis de Montréal et que c’est bien compliqué à cause du décalage horaire. Le français était donc sa langue maternelle. J’acquiesçai doucement. Elle ne semblait pas être d’une différente nationalité, mais je ne peux pas jugé sur les apparences comme on ne peut pas voir que j’ai passé la majorité de ma vie au Québec. Elle me demanda si je parle français et d’où je viens. Je répondis donc dans cette magnifique langue qu’est le français.

« Oui je parle cette langue. Sinon, je suis parfaitement coréen, mais comme j’ai vécu la majorité de ma vie au Québec, j’ai du apprendre cette langue. Et toi, tu viens d’où? »

Je trouverais cela vraiment drôle si elle vient aussi du Québec. Il faut dire que cela était vraiment grand donc cela était possible. Je remarqua par la suite ses vêtements et lui demanda si elle habitait proche. Si cela n’était pas le cas, je pouvais l’apporté à la Han Entertainment pour qu’elle puisse mettre d’autre vêtement. Ce n’était pas le cas et semblait très reconnaissante de ma proposition.

« Oui bien sûr et c’est tout proche donc tu pourras bientôt avoir des vêtements propre. Il faut juste que tu les rapportes le plus vite possible. Tu as juste à me suivre. »

J’avais déjà emprunté des vêtements à mon agence. Ils n’avaient pas de problème tant qu’on les rapportait. Je commençai à retourner sur mes pas. Je ne pensais pas revenir aussi vite là-bas. Elle me demanda s’était quel agence avant de s’excuser d’être curieuse.

« C’est la Han Entertainment et ne t’excuse pas pour cela. »

Une fois devant la porte de l’agence, je sorti mon portefeuille pour passé la carte de l’agence et ainsi faire ouvrir les portes. Ce n’est pas tout le monde qui pouvait y rentrer et c’était surtout pour éviter que des fans rentrent. Je ne devais pas en avoir, mais ils avaient des idoles connues donc c’était plus pour eux. Je me dirigea vers l’entrepôts ou il mettait tous les costumes et vêtements qui ont servi un jour.

« Je suis sûr qu’on trouvera quelque chose à ta taille. »


code par liden



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le français, créateur de liens sociaux since 1873 [Lison&JungWoon]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le français, créateur de liens sociaux since 1873 [Lison&JungWoon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Des travailleurs sociaux cubains aident à l'économie d'énergie en Haiti.
» Lettre ouverte de la famille de François R. Marcello, enlevé le 12 janvier.
» Vers le respect des droits economiques et sociaux des citoyens haitiens
» Jean Raspail à l'Académie Française
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors rpg :: Corbeille :: Rps-