AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Good luck to get me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Messages : 22
Date d'inscription : 25/05/2016
Age : 25
Situation : Célibataire endurcie

Park Alexis
MessageSujet: Good luck to get me   Sam 28 Mai - 9:49


Girls, be confident, we are on top !
Taek Hyeon & Alexis


En me réveillant ce matin, je me sens étrange, presque déprimée. Pourtant, aujourd’hui, tout est fait pour me mettre de bonne humeur. Sur ma commode, ma radio corail, d’inspiration vintage, joue l’une de mes chansons préférées, une délicieuse odeur florale, portée par une brise fraîche et agréable qui se glisse par l’ouverture de ma fenêtre laissée entrouverte la veille, fait voler mes rideaux que transperce déjà la lumière du soleil. Ce dernier semble être de sortie aujourd’hui. Pour compléter ce tableau idyllique, je ne travaille pas aujourd’hui. Nous avons donc prévu, avec ma meilleure amie Candice, d’aller bruncher après une bonne grasse matinée. Ce n’est pas très coréen comme concept, mais nous connaissons un excellent endroit près de la rivière Han pour se régaler à 11h30. Tout est parfait. Pourtant, j’ai un arrière-goût amer dans la bouche. Et ma tête est lourde, comme si j’avais la gueule de bois sans avoir bu ne serait-ce qu’une goutte d’alcool la veille. Ce qui est dommage, ça m’aurait peut-être aidé à supporter ce pauvre type qui m’a servi de rencard à l’improviste et qui était ennuyeux à mourir.

Hier, en rentrant, je n’ai pas pu m’endormir tant j’étais énervée. Pourtant, j’ai tout fait pour me mettre en condition avant de me coucher. Je me suis rapidement débarrassée de cette robe rouge trop moulante pour me glisser dans un bon bain chaud et coloré. D’habitude ce simple rituel, accompagné de quelques bougies et d’un bon magasine – c’est cliché, je sais, mais ce n’est pas pour rien que ce procédé a tant de succès -, suffit à me détendre. Mais cette fois, même me plonger dans ma baignoire adorée et me faire un masque en écoutant ma musique favorite du moment, le portable éteint pour éviter tout parasite, n’a pas suffi à me rendre paisible. Dès que mes yeux se fermaient, la voix lourde de l’autre abruti résonnait dans ma boîte crânienne. De qui je parle ? Du type avec lequel j’ai eu un rencard la veille et que je préfère vite oublier. C’est la raison pour laquelle je n’aimerais probablement pas avoir de rendez-vous sérieux, si déjà un mec avec lequel je ne cherchais rien de stable, voire même rien du tout tout court, a réussi à me faire sortir de mes gonds, imaginez un peu si ça avait été quelqu’un qui m’intéressait. Mais passons et revenons-en aux faits. Sa voix est du genre inoubliable : chaude, virile et sexy. C’est le style de voix qui, en général, peut nous tromper sur le physique de l’individu auquel elle appartient mais, en ce qui concerne ce Taek machin truc, ils sont en adéquation, ce qui est tout bonnement insupportable !

Oui, il y a des jours comme ça, où tout est réuni pour que nous passions une bonne journée, et quelque chose d’étrange, flottant dans l’air, nous fait pressentir que cela ne sera pas le cas. Parfois, nous ne savons pas ce qui nous laisse cette impression. Dans mon cas, je crois avoir une petite idée. Je ne veux pas que cet abruti de garagiste ne pose ne serait-ce qu’un doigt sur ma précieuse chérie, aussi l’ais-je prévenu, après notre rendez-vous désastreux, que je passerais la récupérer aujourd’hui et qu’il n’avait pas intérêt d’y toucher, et c’est bien ce que j’ai l’intention de faire après le brunch.

Je me lève et augmente le son de ma radio, afin de me mettre de bonne humeur, et me met à danser comme une folle en reconnaissant une vieille chanson américaine de mon enfance. Ça y est, j’ai retrouvé le sourire. J’ouvre mes fenêtres, les oiseaux chantent, le soleil brille, je vais déjeuner près de l'eau avec ma meilleure amie, que demande le peuple ? Je ne vais tout de même pas laisser un pauvre type me gâcher la vie, si ? En plus, il n’est que dix heures du matin, mais la position du soleil est idéale pour bronzer avec un bon livre. Je troque donc ma nuisette rose bonbon contre un bikini noir et kaki à imprimés militaires, et m’installe sur ma petite terrasse. Mon jardin est petit puisque nous sommes à Séoul mais tant pis, ça fera l'affaire. Allongée sur mon transat, je laisse les rayons du soleil chauffer doucement chaque parcelle de mon corps. Bien sûr, je fais attention à ma peau, je l’ai enduite d’un peu de crème solaire. Dommage qu’un bel homme n’ait pas été là pour m’en mettre dans le dos. Me surprenant moi-même à avoir ce genre de pensée tellement clichée et vicieuse, je me frappe intérieurement. Effectivement, je suis restée célibataire depuis trop longtemps. Comme je me le suis dit hier, Candice a peut-être raison, peut-être devrais-je songer à sortir avec quelqu’un, ou au moins avoir des rencards. Je ne vais pas rester célibataire toute ma vie et me lancer dans l’élevage de chats juste à cause de Myung Soo. Le problème est justement là. Ce n’est pas que Myung Soo la cause de mon célibat, mais ses amis, que je croyais aussi être les miens, et les chiens qui me bavent littéralement dessus dans la rue. Oui, monsieur « je sais tout » croit tout savoir des jeunes filles, de pourquoi elles détestent les hommes, mais il a une vision étriquée et édulcorée des choses, ou alors il en a conscience mais refuse de l’admettre car il joue dans la même cour. En d’autres termes, soit c’est un pervers, soit c’est un insensible, dans les deux-cas je ne veux plus jamais avoir affaire à lui.

A…Attendez, qu’est-ce qu’il fout dans mon jardin ? Et torse nu en plus ? Il s’approche de moi, avec une démarche ridiculement langoureuse, le regard confiant. Mon cœur s’arrête de battre. Alors qu’il est à quelques centimètres de moi et se penche vers mon visage pour m’embrasser, je sursaute sur mon transat, et ce spasme me fait ouvrir les yeux. Ouf, ce n’était qu’un rêve…Mais enfin, arrête Alexis ! Ce rêve n’a rien de rassurant, tu viens de fantasmer sur monsieur « Tu connais pas ma vie okay ? ».

Je secoue la tête pour chasser de mon esprit toutes ces pensées insensées et impures. Bon, revenons aux choses sérieuses. Il est déjà 10h30, il est temps que j’aille me préparer. Je rentre et pose le regard sur ma robe crayon bleu ciel. J’avais prévu de la mettre pour notre brunch depuis le début de la semaine déjà, je ne savais pas encore que j’allais devoir passer par le garage après, qui est un milieu exclusivement masculin et où je vais peut-être revoir ce goujat. Je suis un peu tendue rien qu’à cette idée, chaque circonstance a sa tenue et réciproquement, mais cette robe est appropriée à une rencontre entre amies dans un bel endroit à l’approche de l’été, et quel rendez-vous est-il le plus important entre celui avec ma meilleure amie et celui où je dois passer au garage quelques minutes pour récupérer ma voiture ? Le choix est vite fait. Avant de filer à la douche j’appelle le garage, le cœur battant, espérant ne pas tomber sur Taek, mais c’est visiblement l’un de ses responsables qui décroche et il semble plutôt compréhensif quand je lui donne un aperçu de la situation, ou plutôt quand je lui mens sur cette dernière en disant que son employé est parti avec ma voiture sans faire de devis et que j’ai trouvé plus avantageux financièrement pour une jeune travailleuse, ce qui n’est absolument pas vrai, leurs concurrents sont hors de prix, mais ils ne valent pas ma fierté. Je n’allais tout de même pas lui expliquer la vérité comme quoi l’un de ses employés m’a draguée et a essayé de profiter de ma soi-disant naïveté, à moins qu’il ne soit déjà au courant, les mecs adorent parler de ça entre eux. Mais j’en doute, car il fait preuve d’une grande compréhension. Je culpabilise un peu du coup. Nous convenons d’un rendez-vous en début d’après-midi. Avec un peu de chance, je ne croiserai même pas ce Taek machin brol.

Avant de sortir, je m’inspecte dans la glace, et ce que j’y vois ne me déplaît pas. Deux longues jambes hâlées sont mises en valeur par le bleu azur d’une robe moulante à la couleur éclatante qui met en valeur ma silhouette de sirène. Mes chevilles fines sont entourées par des brides blanches reliées à une paire de talons hauts vernis, et mes longs cheveux noirs et épais descendent en cascade sur mon dos et ma poitrine galbée, jusqu’à la cambrure de mes reins bien dessinée.

Nous nous retrouvons avec Candice au Manatthan Kiss où nous avons désormais nos habitudes depuis quelques mois. Ce nom est un peu cliché, mais transmet bien l’atmosphère à la fois chic et décontractée du lieu tant recherchées par les jeunes filles modernes. D’autant plus qu’ils servent les meilleurs cocktails de la ville, ce qui est sûrement dû au fait que le barista soit Américain, californien pour être précise. D’ailleurs, je soupçonne Candice d’avoir un petit faible pour lui. Quand je m’assois en face d’elle, je remarque à ses yeux mutins qu’elle se retient de rire :

« Quoi encore ? »

« C’était trop tordant hier ! Vous étiez comme un vrai petit couple ! » Je comprends directement à quoi elle fait référence et sa remarque me fait grimacer. Je voudrais rétorquer, mais le serveur est déjà là pour prendre notre commande. Une fois qu’il est parti, je réplique :

« N’importe quoi ! »

« Fais-moi confiance Alex’, j’ai l’œil pour ça et vous êtes faits l’un pour l’autre, c’est évident. »

« Tu débloques ma pauvre fille ! »

« Je m’y connais plus que toi en relations amoureuses tout de même ! »

« Ça c’est pas compliqué ! » Je marmonne. Elle prend soudain un air attendri et arrête de se moquer gentiment de moi pendant un court instant pour se livrer :

« Tu as le droit au bonheur, tu es jeune, belle et sexy ! »

« Je sais, merci ! »

« Je suis vraiment inquiète, j’ai peur que ne t’arrêtes jamais de saboter toutes tes chances potentielles. »

« Comme si j’en avais eu des tas depuis Myung Soo ! »

« Sûrement plus que tu ne le crois en tous cas. » Je coince la paille de mon cocktail entre mes lèvres pour clore là la discussion mais ma meilleure amie ne semble pas vouloir abandonner l’affaire :

« C’est juste la première fois depuis Myung Soo que tu m’as avouée qu’un homme te plaisait. »

« Y a pas que le physique non plus ! Ce type a un caractère de cochon. »

« Au moins, vous êtes deux ! » Elle éclate de rire tandis que je m’étrangle avec mon cocktail à la fraise dont le rhum me brûle l’œsophage et les narines.

« T’es pas sérieuse ? »

« Haha, je te taquine. » Elle a beau me dire ça, je la connais par cœur et je vois bien qu’elle le pense quand même un peu.

Le reste du repas se déroule de façon plus confortable. Nous bavardons de tout et de rien en terrasse, tout en sirotant un second cocktail, à la pêche pour moi cette fois. La brise, bien qu’encore un peu fraîche, la douceur du cocktail aux fruits…Je resterais bien ici toute l’après-midi, ou faire du shopping avec Candice pendant des heures en riant comme des folles, mais elle a un rendez-vous et moi aussi. Nous payons à regret l’addition et nous projetons de nous tenir au courant pour une éventuelle virée à la fin de la journée. Et je crois que je vais en avoir besoin.

Elle me dépose devant le garage. Avant de sortir, je vérifie mon maquillage. Il est toujours là, frais et léger, il n’a pas coulé : parfait !

« Tu es sublime ! Ton beau garagiste va fondre ! »

« Arrête avec ça, c’est pas avec lui que j’ai rendez-vous de toute façon ! »

Lorsque je me présente au garage, le son assourdissant des outils contre la carrosserie des voitures et des voix masculines parlant au-dessus me donnent envie de fuir, mais il n’en est pas question. Rien ni personne ne fera jamais fuir Park Alexis ! L’un d’eux s’approche de moi, tout sourire, en relevant ses lunettes de protection et me jauge de la tête aux pieds :

« Bonjour ! Ah, vous devez être mademoiselle Park Alexis, c’est ça ? »

Comment connaît-il mon nom ? Taek lui aurait-il parlé de moi et de notre rendez-vous de la veille ? Du calme Alexis, il a dû le voir dans l’agenda. Je lui rends son sourire, tout à fait consciente de l’effet que lui font mes jambes bronzées et dénudées, d’ailleurs les autres garagistes ont arrêté leur grabuge et sont retournés vers nous. Je ne me laisse pas intimider pour autant et glisse une mèche derrière mon oreille :

« Oui, c’est cela. Je viens chercher ma voiture, elle est encore en état de rouler et, pour des raisons financières, je préférerais changer de garage. Je vous prie d’excuser mon impolitesse ! »

« Ah mais il me semble que Taek est déjà dessus ! », lance un vieux dans mon dos à l’intention de mon interlocuteur, j’écarquille les yeux :

« Comment ? Mais c’est impossible, j’avais bien convenu tout cela par téléphone. »

« Il y tenait, apparemment, il va même vous faire une remise. » Ah bah bravo, de quoi ais-je l’air maintenant ? D’une souillon ? Mais le pire reste à venir, il fait certainement cela pour que je lui sois redevable. Prise d’une violente colère je me dirige, toujours en affichant mon plus beau sourire, vers le fond du magasin où je reconnais mon bébé. Deux paires de jambes en dépassent, le tronc soutenu par une planche à roulettes que je pousse un peu à l’aide de mon talon aiguille pour que le monsieur en dessous, dont je suis à peu près certaine de l’identité, se cogne la tête. Je l’entends émettre un petit cri de douleur avant de s’extirper, ce qui me fait rire. Je croise les bras sous ma poitrine et le jauge :

« Alors comme ça vous ne respectez pas les ordres de vos supérieurs ? »

AVENGEDINCHAINS




young and beautiful
✢ " I fell for you since the first time I saw you, even if I yell " not you, not you ", I can't do as I please. " AOA, Confused

(c) black.pineapple

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 80
Date d'inscription : 21/05/2016
Age : 28
Situation : Célibataire

Jang Taek Hyeon
MessageSujet: Re: Good luck to get me   Lun 30 Mai - 22:56


Look at me, girl!
Taek Hyeon & Alexis


Je passe une nuit agitée à me remémorer la sortie d’hier. Pendant mon sommeil les paroles d’Alexis résonnent dans ma tête et je ne fais que me retourner dans le lit vide que j’occupe avec Teukkie, mon chiot. De quoi je me mêle, ma vie n’a pas était facile comme pour madame la princesse avec son joli minois. Elle doit être aimé de tout le monde. Après la soirée de la veille je n’ai déjà plus foi à m’engager dans le futur avec le sexe opposé. Toutes ces bonnes femmes sont les mêmes dès que tu leur montres le moindre intérêt de suite elles se font des idées préconçues comme par exemple qu’on veut de suite les sauter dès le premier soir. Alors c’est évident que ce matin, en me levant j’essaie d’arriver le plus tôt possible au garage pour travailler sur la voiture d’Alexis malgré son interdiction et terminer au plus vite la restauration de son véhicule pour ne pas la croiser au garage.

A peine arrivé que le boss me taquine déjà sur mon rendez-vous. « Alors Taekie je suis sûr que tu l’as fait fuir avec ton œil démoniaque et ta bouche qui ne se contient pas, comme d’habitude, vas y raconte-moi tout !!! ». Sa femme est aussi aux aguets et je vois déjà un rictus se dessiner sur ses lèvres. Et j’essaie d’éviter le sujet douloureux.

-Je ne sais pas comment vous avez fait chef pour vous marier, elles sont toutes folles !

Puis je pars en rigolant et m’affaire à remettre un phare neuf, à restaurer la tôle froissée et finir cette peinture bien particulière, le tout en musique. Le boss me précise bien qu’elle ne veut pas que je touche son bijou mais peu importe je suis le meilleur et son véhicule sera plus neuf qu’avant je l’ai promis quand j’ai emmené sa voiture. Toute la journée mes collègues ne font que me chahuter avec cette histoire de rendez-vous. Mais apparemment j’ai dû trop trainé et je ne vois pas le temps passé à travailler dessus et dessous.  Je vérifiais que tout fonctionné sous la voiture, sur ma planche à roulette, quand j’entends ce bruit de talons familier au loin qui me fait sursauter et je me cogne la tête sur le pot d’échappement. Et merde je n’ai pas un endroit pour me cacher maintenant.

Bien sûr Alexis est furieuse et fait tout pour que je me refasse mal là-dessous en faisant glisser ma planche. Je fais exprès d’en rajouter en me tenant la tête comme un enfant.

-Aie! Toujours aussi délicate! Comment va la tigresse ? Je t’ai manqué pour que tu reviennes si vite vers moi? (Je me les cherche un petit peu je l’avoue).  Je t’ai fait une promesse et même malgré ce que tu crois je ne contourne jamais l’obstacle une fois que je me suis engagé.

Je me relève, entièrement couvert de cambouis et de taches de graisse, les muscles saillants d’avoir travaillé comme un acharné que je pense qu’Alexis ne voudrait même pas me serrer la main.

-Voilà Mll Park votre voiture est prête !

Je lui tends la main en signe de paix et j’attends qu’elle l’attrape pour pouvoir l’attirer vers moi pour lui dire à l’oreille qu’elle est vraiment très belle aujourd’hui et que je vais devoir la protéger de tous les hommes présents ici. Puis lui désigne la femme du boss qui la jalouse du regard.

-Tu fais des ravages ! Retourne dans ton bolide chez toi sinon tu vas nous faire faire faillite.

Je rigole légèrement et essaie de prendre la jeune femme plus à la légère par rapport au rendez-vous de la veille.

-Oh puis attend! tu me dois un autre rendez-vous pour la commotion cérébrale que tu viens de me faire!

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 22
Date d'inscription : 25/05/2016
Age : 25
Situation : Célibataire endurcie

Park Alexis
MessageSujet: J   Dim 5 Juin - 14:27


Girls, be confident, we are on top !
Taek Hyeon & Alexis


Je suis absolument furieuse. En fait, non, cet adjectif n’est pas assez fort pour décrire l’état dans lequel je suis. Pardon papa, d’avoir mêlé une histoire de drague sans intérêt au seul cadeau que tu aies pu me faire en bientôt quinze ans. A cette pensée, je sens mes yeux sur le point de brûler, comme en témoigne mon nez qui commence déjà à piquer, mais j’ai promis à ce sale type que je ne pleurerai jamais devant lui et, malheureusement pour lui, je tiens toujours parole. Il ne manquerait plus que mes faiblesses ne l’excitent. Oui, je suis en colère contre lui. Il m’a fait perdre du temps, mise de mauvaise humeur toute la soirée, toute la nuit, toute la matinée et, en plus, il a osé toucher à ma précieuse voiture. Oui, je ne suis pas qu’en colère contre lui, je le déteste. Et dire que Candice, mademoiselle l’experte en séduction et relations amoureuses auto-proclamée, ose m’affirmer que ce Taek jenesaisplustropquoi est l’Homme de ma vie, alors que je n’attends plus qu’une chose : qu’il en sorte. Pourtant, le voir ainsi se tenir la tête, faire la moue comme un enfant et me taquiner, provoque en moi quelque chose d’étrange. Ma haine, pourtant justifiée, s’envole, et je me surprends même à dire dans un rire :

« Arrêtez de simuler, vous ne voulez pas un bisou magique pendant que vous y êtes ? »J’ignore superbement son «  Je t’ai manqué ? » digne d’un vrai goujat ainsi que les fleurs qu’il se jette encore à lui-même, mieux vaudrait être sourde plutôt que d’entendre ça. Comment fait-il pour être adorable et agaçant à la fois ? Il se relève et, en se déroulant ainsi, dévoile sa taille plutôt grande ainsi que son corps sec et parfaitement taillé. Non Alexis, ne rougis surtout pas ! Il n’en vaut absolument pas la peine. Je le vouvoie pour tenter vainement d’instaurer à nouveau de la distance entre nous mais, une fois de plus, mon cœur ne semble pas écouter ma raison. Je suis une jeune femme après tout, qui n’a jamais connu l’amour de surcroît, du moins partagé, et il est bel homme. Et il le sait. Il est normal de le trouver séduisant. Celles qui vous diront qu’elles n’accordent aucune importance au physique sont de piètres menteuses. Mais, pour ma part, il est hors de question de me faire encore des idées, et encore moins avec ce sale type. Myung Soo semblait être la gentillesse réincarnée et c’était le diable en personne, alors je ne vois pas pourquoi je devrais faire confiance à un connard tel que lui. Oui, il a réparé ma voiture, mais je sais qu’il a fait ça non pas par gentillesse, mais pour avoir l’ascendance sur moi. Un peu comme un mec qui insiste pour payer votre verre mais qui attend une petite gâterie de votre part en retour. Mais il n’aura jamais le dessus sur moi ! Oui, pas question que tout ça n’aille plus lo…

Mon souffle se coupe brutalement. Je me retrouve tout à coup contre lui, le menton presque sur son épaule. Son souffle vient danser et se perdre dans les circonvolutions de mon oreille, ce qui me fait frissonner, comme si j’étais prise de spasmes. Toutes mes bonnes résolutions semblent s’être évanouies dans la nature à son simple contact. La sienne, tenant la mienne, est chaude et vibrante, sa poigne ferme qui remonte jusqu’à mon poignet l’électrise. Pour couronner le tout, il me complimente sur ma tenue et me dit qu’il doit me protéger des autres hommes autour de nous. Pendant une fraction de seconde ma respiration, entre temps revenue, se fait courte et je suis incapable de le repousser tant ma tête semble s’être vidée. Une curieuse et effrayante envie de l’embrasser s’empare de moi. Non Alexis, non non et re non, ne fais pas l’idiote, ne succombe pas ! Ne lui tombe surtout pas dans les bras, tout comme Myung Soo avant lui, il n’attend que ça. A la différence que, lui au moins, ne m’avait jamais ne serait-ce que sous-entendu qu’une femme n’était qu’une faible créature à la merci des hommes et qui se devait d’offrir son corps à l’un d’entre eux pour qu’il la protège des autres. Après m’avoir abandonnée une minute ou deux, paraissant avoir été une éternité, la colère m’envahit à nouveau. Je pose la main qu’il me reste de libre sur son torse pour le repousser, dont le marcel fin dévoile sa musculature parfaitement dessinée et que je sens pendant un instant sous les doigts. Je ne sais pas si c’est son comportement ou le fait d’avoir repensé à mon premier amour qui m’étourdit et m’énerve à ce point mais, en tous les cas, pour éviter de perdre ma contenance, et ma fierté, par la même occasion, je garde mon calme et, dégagée de sa dangereuse étreinte, je lui souris, provocatrice :

« Je vous remercie pour le compliment. Et merci aussi pour ma voiture, il ne fallait pas ! Effectivement, elle avait besoin de vos talents mais, quant à moi, je n’ai nullement besoin de votre protection, je sais très bien me défendre toute seule au besoin et vos collègues sont des hommes civilisés, j’en suis sûre. » Je me retourne vers eux, qui ne cessent de me détailler de la tête aux pieds, en leur adressant mon plus beau sourire :

« N'est-ce pas messieurs ? »

« Oui madame ! », s’exclament-ils en chœur comme des toutous, c’était tellement prévisible ! Je me retourne vers Taek, triomphante :

« Vous voyez ? Tout va bien ! »Après avoir inspecté ma précieuse chérie, je récupère les clefs qu’il me tend et sors de mon portefeuille le montant exact initialement prévu. Comme il ne semble pas décidé à le prendre, je me saisis de sa grande main et ignore comme je peux le bond que mon cœur exécute dans ma poitrine, et lui ouvre les doigts pour le forcer à prendre les billets, tout en plantant mon regard, faussement sûre de moi, dans le sien :

« C’est vraiment du bon boulot, vous valez votre réputation ! Mais je n’ai pas besoin de remise. » Au moment où j’allais entrer dans mon véhicule, sa voix délicieusement grave et profonde m’arrête net, me proposant, sur un ton léger, un autre rendez-vous, qu’apparemment je lui devrais. Alors là, il rêve ! S’il croit que…

« Très bien, c’est d’accord ! » Hein ? Mais t’es folle ? Pourquoi t’as accepté ? Ma pauvre fille, il va te mener en bateau, c’est plus qu’évident ! Je fais taire ma conscience, qu’est-ce qu’elle peut être chiante celle-là des fois. J’en ai marre d’être sage, je n’en ai pas fini avec lui. Je vais me venger pour la soirée qu’il m’a fait perdre, et aussi pour avoir touché à ma voiture malgré les mots indélicats qu’il a eus à mon égard alors que je ne me suis pas encore remise, il faut bien l’avouer, de mon premier amour raté. Peut-être que pour lui ça n’a aucune importance mais, pour moi, Myung Soo était l’une des personnes les plus chères à mon cœur. Il n’avait pas à s’en moquer. Très bien, cette fois nous allons jouer sérieusement, mais selon mes règles. « Non Alexis, ne sois pas immature, laisse-le là où il est… ».

« Mais c’est moi qui passerai vous prendre et nous irons là où je l’aurai décidé ! » Je ne me rends compte qu’un peu tard que nous avons un public et que ses collègues nous regardent, médusés.

« Je passerai vous chercher ici même à la fermeture ! » Sans attendre sa réponse, j’ouvre la portière mais, au moment de me baisser pour pénétrer dans le véhicule, je me glace. Une grosse main me palpe les fesses et, au-travers du tissu fin de ma robe, je sens tout…

«T'as de la chance Taek, tu feras partager les copains après, non ?», rugit une voix grasse dans mon dos, et qui me donne littéralement envie de vomir. Au moment où je me retourne pour gifler celui à qui cette main vicieuse appartient, un bruit de coup de poing résonne et un homme tombe par terre, juste à mes pieds. Je relève la tête et croise le regard de Taek.
AVENGEDINCHAINS




young and beautiful
✢ " I fell for you since the first time I saw you, even if I yell " not you, not you ", I can't do as I please. " AOA, Confused

(c) black.pineapple

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 80
Date d'inscription : 21/05/2016
Age : 28
Situation : Célibataire

Jang Taek Hyeon
MessageSujet: Re: Good luck to get me   Mer 8 Juin - 22:04


Look at me, girl!
Taek Hyeon & Alexis


Voir Alexis se tenir devant moi en trépignant sur ses hauts talons me fait rigoler intérieurement. Elle est toute rouge et je devine la fumée qui sort de ses oreilles. Mais je me force à me retenir de rire. Elle est mignonne mais sauvage. Quand je la vois comme ça je pourrais, c’est vrai, plus ouvrir mon cœur que lorsqu’elle fait sa fausse peste. Je pense qu’elle doit avoir un cœur d’or même si ma remarque l’a blessé auparavant au restaurant et qu’elle a refermé sa coquille depuis. Enfin encore une pour qui je ne me battrais pas. Puis je ne sais par quel miracle elle rit même à mes remarques. Mais bon elle remet son masque presque immédiatement et reprend son rôle de petite princesse. Elle ose même me vouvoyer alors que je lui avais dit de me tutoyer. Elle fait tout pour m’énerver et m’attiser en même temps. Un moment je la vois bloquer sur mes bras saillants et je devine qu’elle n’est pas insensible à certains charmes des hommes, malgré toute l’énergie qu’elle met pour les refouler.

Quand je saisis sa main je la sens encore vaciller un peu plus et tomber dans mon piège. Toute la chaleur de sa main électrise aussi la mienne mais je sens son autre main me repousser doucement. La proximité avec moi lui fait peur on dirait enfin je suppose. Je passe outre, en la fréquentant de plus en plus, j’ai bien saisi que c’était une girouette. Elle fait sa maline devant mes collègues mais même avec moi présent ici, ils ont beaux dire être des agneaux, je sais bien qu’à la moindre occasion ils essaieraient de la serrer dans un coin. Ils restent des mecs qui pensent avec leur sexe.

-Arrête de me vouvoyer…. Je ne changerais pas ma manière d’être avec toi …. Et je n’ai pas besoin de ton argent.

Je lutte pour refuser mais elle m’ouvre avec brutalité la main pour me glisser quelques billets pour rémunération de mon travail sans remise. Mais finalement tout n’est pas perdu puisque je ne sais pas qu’elle mouche l’a piqué et elle accepte mon deuxième rendez-vous. Et en plus c’est moi qui me fait conduire puisque qu’elle veut inverser les rôles. Puis une gêne s’installe entre nous quand nous nous apercevons que tout le monde est tourné vers nous, pendus à nos lèvres. Et soudain au moment de rentrer dans sa voiture un de mes collègues, abruti et qui nous fait passer pour des hommes des cavernes, lui met la main aux fesses «T'as de la chance Taek, tu feras partager les copains après, non ?» Inconsciemment comme guidé par une force, mes poings se serrent, mon regard se durcit et je lui décoche un coup droit dans le nez. Je n’arrive pas à me calmer malgré le regard choqué d’Alexis. Je ne peux pas parler tellement je suis énervé, je déteste ces moments où je peux vite déborder car je laisse déborder ma rage que j’essaie de contenir malgré moi. Peut être que j'ai moins l'air pleurnichard comme ça.

-Je… je t’attendrais alors ici à la fermeture… A plus tard !

Et je tourne aussitôt les talons pour reprendre mes occupations dans un silence pesant. Une fois Alexis partie je mets les choses au clair avec mes collègues, les premiers qui la retouchent seront retrouvés en ptits morceaux, tout ça certifié par mes yeux démoniaques.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 22
Date d'inscription : 25/05/2016
Age : 25
Situation : Célibataire endurcie

Park Alexis
MessageSujet: Re: Good luck to get me   Jeu 9 Juin - 10:11


Girls, be confident, we are on top !
Taek Hyeon & Alexis


« IL A FAIT QUOI ? », hurle Candice tandis que je lui raconte la tournure prise par les événements pendant que je cours d’un bout à l’autre de l’appartement. Je reviens face à l’ordinateur, sur l’écran duquel s’affiche le visage de ma meilleure amie qui se retient visiblement d’éclater de rire. Je penche ma tête sur le côté, puis de l’autre, pour tenter d’accrocher, non sans peine, une paire de boucles d’oreille. Je soupire, lui répétant en hachant chaque syllabe, comme si elle n’avait pas compris un traître mot de ce que je viens de lui expliquer :

« Un de ses collègues m’a mis la main aux fesses… » Je frissonne de dégoût, rien qu’en me remémorant la scène. Sentir ces doigts sur l’une des parties les plus intimes de mon anatomie me donne tout simplement envie de vomir. Je finis par continuer :

« Et ce Taek machinchose lui a mis un bon coup de poing ! »

« Il est fou de toi ma chérie, c’est évident ! » Je vois mon visage rougir à l’écran et rétorque, tout en faisant mine de me concentrer sur ma manucure :

« N’importe quoi ! » Oui, j’aurais pu trouver mieux mais, en présence de Candice, je perds tous mes moyens…Parfois !

« Allons Alex’, c’est trop mignon, il a simplement voulu te protéger ! », me dit-elle, m’assénant ainsi le coup de grâce, comme elle sait si bien le faire. Je me revois, incrédule, fixant le corps du gros porc gisant à mes pieds, pour ensuite relever les yeux et rencontrer les siens, tellement brûlants de colère que même son œil bleu semblait avoir pris la même intensité que son œil noir. Mon cœur semblait se consumer malgré moi dans ma poitrine. J’aurais voulu me l’arracher tant je me faisais honte et pitié. Je n’ai jamais voulu devenir une greluche qui attend qu’un homme la protège, qui ne cherche une présence masculine que pour obtenir une espèce de garde du corps, alors que je me revendique indépendante. En plus, son geste m’a touchée bien plus que de raison, et il m’a également effrayée en même temps. La violence n’est pas exclusivement masculine, j’en conviens, mais il faut tout de même bien avouer que je ne ferais pas le poids face à un tel homme si je devais me défendre…Oui, je déteste vraiment les hommes. Alors, pourquoi vais-je à un tel rendez-vous ? Je ne le sais pas moi-même. En tous les cas, je me demande bien pourquoi est-ce que je ressens un torrent d’émotions fortes et contraires en face de cet homme dangereux en présence duquel je ne devrais éprouver que de l'indifférence. Cette fois c’est sûr, je suis restée célibataire bien trop longtemps. Mais ce n’est pas une raison suffisante pour que je m’ouvre à lui pour autant, il n’en est absolument pas question, je m’y refuse :

« Si ça se trouve, c’était juste de la possessivité mal placée. Il n’a peut-être pas supporté que quelqu’un ne touche à son beefsteak avant lui….il veut coucher avec moi depuis le début, ça ne signifie pas que ses intentions soient pures, loin de là ! »

« Alors, pourquoi avez-vous décidé de remettre le couvert ? », rit-elle. Bon sang, qu’est-ce qu’elle peut m’agacer des fois.

« Il veut coucher avec moi ! Et moi, je veux lui montrer qu’il a beau être craquant, je lui résisterai. Je trouve ça assez excitant ! »

« Et la petite robe rose à fleurs fait partie de ton plan de femme fatale ? » Je la trouvais sexy parce qu’elle est courte, mais il est vrai qu’elle est fluide et que sa forme, sa couleur, ainsi que les motifs qui l’ornent, n’ont rien avoir avec la robe moulante bleu ciel que je portais en allant récupérer ma voiture au garage un peu plus tôt dans la journée. Tant pis, je n’ai plus le temps de me changer. Elle n’est pas adaptée à une tenue du soir, ni au jeu que je veux jouer ce soir. Pourquoi l’ais-je choisie ? Tant pis. Si ça se trouve, un peu de fraîcheur juvénile ne fera que l’exciter davantage.

« Bon, je dois y aller, à plus ! »

« A plus, tu me raconteras ! »

« C’est ça va, compte-là-dessus et bois de l’eau fraîche ! » Et j’éteins l’ordinateur. Je sais que je ne pourrais pas résister à la tentation de tout lui raconter à la seconde même où le rendez-vous sera terminé. Elle a beau ne pas toujours avoir les réactions compatissantes que j’attends, elle reste ma meilleure amie, celle avec laquelle je veux tout partager, même si je devrais vraiment perdre la mauvaise habitude que j’ai de toujours tout lui dire.

J’enfile une petite veste en soie blanche et chausse des sandales également blanches dans l’entrée avant de m’engouffrer dehors. En posant mon regard sur ma princesse, je ne peux qu’avouer qu’il a fait du bon boulot. Et poser à nouveau mes mains sur le volant en cuir est un délice. Hier matin, je croyais pouvoir lui dire adieu et, voilà qu’en un peu plus de vingt-quatre heures, elle est sortie du garage encore plus neuve que quand je l’ai achetée. Il doit être décidément très doué de ses mains…Je secoue la tête et me mets en route. La radio joue ma chanson préférée, j’ai le vent dans les cheveux, tout va bien…

En fait non, ça ne va pas ! Mon ventre se tord de stress. Ce rendez-vous m’effraye plus que de raison. Je n’aime pas les hommes et je vais jouer avec le feu, en n’ayant même jamais eu de réel tête à tête avec l’un d’eux…Pourquoi est-ce que je me complique la vie à ce point alors que j’aurais très bien pu me retrouver dans mon élément, à comprendre un magasin de chaussures, avec Candice, ou dans mon canapé à regarder ma série préférée, à la place ?Afin de me redonner confiance, je m’arrête au bord de la route et ouvre la boîte à gants pour prendre la photo de mon père et de moi prise juste avant l’accident. Mais ma main ne fait que toucher la surface vide et lisse de la boîte à gants. Je me fige, comprenant avec effroi ce qu’il vient de se produire. Ma vue se brouille de larmes…Et mon intérieur se décompose. Il n’a pas fait que toucher au cadeau que mon père a pu me faire même en n’étant plus de ce monde, il vient aussi de pénétrer salement dans mon intimité, souillant l’un des seuls souvenirs que j’ai encore de lui. Nous l’avions prises devant ma nouvelle école primaire, juste avant la rentrée…Quelque chose d’effrayant monte petit à petit en moi, se répand dans mes veines et me fait essuyer mes larmes. En quelques secondes à peine, je refais mon maquillage des yeux, qui a légèrement coulé, couvre les petites rougeurs de mes joues avec un anticernes et, à la vitesse de l’éclair, j’embraye et file en direction du garage devant lequel j’arrive bien vite.

Je me parque le long du trottoir et descends de mon véhicule. Fort heureusement, ses collègues sont partis, et il m’attend devant le garage fermé. Sa tenue est décontractée et le met en valeur, mais je ne vais pas me laisser déconcertée par des muscles saillants tout de même, je ne suis plus une gamine. Il a voulu me provoquer, et je vais le lui faire payer encore plus que ce que je ne l’ai décidé à la base. Je m’approche de lui en faisant claquer fortement mes talons contre la pierre du sol et, sans un mot, glisse mes mains dans ses poches. Je vais violer son intimité comme il l’a fait avec la mienne, et en profiter pour récupérer ma photo, par la même occasion. Comme je ne la trouve pas dans ses poches extérieures, je lui ouvre violemment la veste et fouille également celles qui se trouvent à l’intérieur. Mes mains effleurent donc son torse et son abdomen bien dessinés, mais je n’en ai que faire !

« Où est-elle ? » Je ne sais comment, je parviens à me contenir et à lui poser la question calmement, froidement. Les serial killers les plus effrayants sont ceux qui ne s’énervent pas et qui font tout avec calme, n’est-ce-pas ?

N'y trouvant toujours rien, sans penser réellement à ce que je suis entrain de faire, je sors les mains des poches intérieures de sa veste pour lui palper le haut des cuisses afin de sentir si ma photo ne se trouve pas dans les poches de son pantalon. Tout à coup, sans savoir trop pourquoi ni comment, comme si je me réveillais en sursaut d'une longue léthargie, je sens la dureté de son corps sous mes paumes. Je relève la tête vers lui, me rendant compte que j'ai posé les mains sur ses côtes, comme s'il avait pu cacher ma précieuse photo sous son t-shirt. J'enlève mes mains, encore chaudes, de son corps. Elles sont engourdies, sans que je ne comprenne réellement pourquoi, et je relève la tête vers lui, je sens mes yeux s'écarquiller mais je me reprends bien vite, croisant les bras, maintenant une distance plus que raisonnable entre nous, et le jauge tout en reprenant sur un ton froid et calme :

« Je ne vais pas me répéter une troisième fois : où avez-vous caché ma photo ? » Je voudrais ajouter un " sale pervers pédophile ", mais on verra plus tard, il détient quand même un otage là...

AVENGEDINCHAINS




young and beautiful
✢ " I fell for you since the first time I saw you, even if I yell " not you, not you ", I can't do as I please. " AOA, Confused

(c) black.pineapple

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 80
Date d'inscription : 21/05/2016
Age : 28
Situation : Célibataire

Jang Taek Hyeon
MessageSujet: Re: Good luck to get me   Dim 19 Juin - 19:59


Look at me, girl!
Taek Hyeon & Alexis


Malgré l’incident, je retourne à mes occupations et m’enferme dans mon atelier en montant le volume sonore de ma musique. Pour aujourd’hui je ne veux plus ni voir ni entendre mes collègues. Ils ont réussi à me faire passer pour le monstre que j’essaie de refouler. Je ressens encore toute cette colère ancrée en moi et je ne peux que penser à mon passé, à tout ce que j’ai du me battre pour prouver que je n’étais pas le démon que mes yeux laissent deviner. Je ne veux plus être rejeter à cause d’eux et j’espère qu’Alexis me laissera pas poireauter devant le garage ce soir. Une fois mon travail sur les voitures fini je m’affaire à une autre tâche très différente. Je sors de ma poche une photographie que j’ai trouvé dans sa boîte à gant, un peu froissée pour l’avoir sans doute trop contemplée, je l’envie tellement. Un père aimant posant au côté de son enfant voilà tout ce que je vois et pour je ne sais qu’elle raison qui peut expliquer mon geste je souhaitais donner une nouvelle jeunesse à ce bout de papier en le plastifiant. Alexis, au moins pourra se souvenir de ce moment autant qu’elle le veut, il ne se froissera plus et sera même imperméable.

Je termine mon petit cadeau pour la jeune femme et court jusqu’à chez moi pour me rendre un minimum présentable pour ce rendez-vous qu’ELLE m’a demandé. Cette fille est vraiment bizarre mais je ne pourrais jamais dire non à une bombe comme elle. Aussitôt arrivé chez moi je m’occupe de Teukkie rapidement, jette mes vêtements couverts d’huile et de cambouis au pied de mon lit pour filer sous une bonne douche rafraichissante. Je sors comme à mon habitude, nu, juste avec ma serviette nouée autour de la taille et choisis avec attention ma tenue. Je finalise le tout par une note parfumée de musc juste derrière mes oreilles et me voilà prêt.

Je retourne aussitôt au garage, en ayant pris le temps auparavant d’avoir emballé dans un petit bout de papier kraft, la photo plastifiée d’Alexis. Je place le cadeau dans la poche arrière de mon jean et je n’attends pas longtemps avant d’entendre le moteur de la voiture de la jeune femme. Rien qu’à sa façon de conduire je sens qu’elle a même envie de m’écraser. Dès qu’elle ouvre la porte mon idée est confirmée. Ses talons raisonnent sur le sol et elle avance vers moi comme une furie. Et elle engouffre ses mains dans toutes les poches de ma veste, les fait glisser le long de mon torse, pas que cela soit déplaisant mais qu’est-ce qu’elle me veut, de quoi elle me parle ? Elle ? Et elle recommence de plus belle sa fouille au corps. « Hey doucement ! » Puis elle réalise enfin, cette folle qu’elle a même passé ses mains sous mon t-shirt. « Tu vas trop vite ma pauvre fille ! » J’attrape ses petites mains dans ma grosse paume et répond à sa question brusquement, en prenant dans ma poche arrière l’objet de sa quête.

-Tiens, je savais que t’allais me payer pour mon travail et aussi parce que je me suis mal conduit, alors en échange prend ceci ….

Je lui tends mon cadeau et la relâche.

-Nous allons où ce soir ? Parce que je meurs de faim !

Je m’éclaircis la voix et la regarde au plus profond de ses yeux.

-Excuse aussi mon geste de tout à l’heure, je ne voulais pas t’effrayer mais bon c’était pas correct, ce geste déplacé, alors ne vient plus au garage attifée comme cela.



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 22
Date d'inscription : 25/05/2016
Age : 25
Situation : Célibataire endurcie

Park Alexis
MessageSujet: Re: Good luck to get me   Mar 21 Juin - 12:05


Girls, be confident, we are on top !
Taek Hyeon & Alexis


Alors que je reculai pour maintenir une distance raisonnable entre nous, il emprisonne tout à coup mes mains dans les siennes, m’empêchant de m’éloigner de lui. Tout un tas de pensées, en une quantité bien trop importante pour un seul cerveau, fusent en moi, me brouillant désagréablement la vue. Ses paumes qui se referment sur ma peau sont larges, et me font tressaillir. Cette idée préconçue est tellement agaçante que je m’énerve moi-même de me sentir fondre devant ce trop-plein de virilité qui semble exploser devant moi, et auquel je n’ai, il faut bien le dire, jamais été habituée. Mais ses paroles me ramènent bien vite à la réalité. A ses yeux je ne suis qu’une pauvre fille tout comme, aux miens, il n’est qu’un connard qui n’arrête pas d’essayer de me faire sortir de mes gonds depuis hier. En réalité, ce qui m’énerve le plus est surtout le fait qu’il y arrive. Depuis le moment où j’ai tenté de me reprendre après ma « rupture » avec Myung Soo, je pensais avoir réussi à devenir une jeune femme froide, distante, et pleine d’assurance. Mais il arrive à percer à jour ma carapace avec une telle facilité que j’en arrive à avoir peur de lui, mais je ne peux plus faire marche arrière tant il m’intrigue, tant j’ai envie de fouiller un peu plus en lui. Ce n’est pas de l’amour, ni de l’attirance, simplement un jeu qui ne peut s’arrêter là ou, du moins, je le prends comme ça. Mais je ne dois pas écouter ma crainte. Non, au contraire, il me faut m’en servir pour que je puisse me fortifier et, non seulement lui rendre la monnaie de sa pièce, mais également faire en sorte que les hommes n’oseront plus jamais poser leurs sales pattes sur moi, me prenant pour une fille facile, bête, pure, innocente,…bref, tous les adjectifs qui vous plairont et qui sont, hélas, nombreux pour décrire une femme. Les hommes pensent toujours tellement nous connaître. Ils disent que nous les mettons tous dans le même panier, mais ils ne sont pas mieux, encore moins ce taré de Taek machinchose. De toutes les façons, je ne suis pas une petite fille fragile, ça non ! D’autant plus que je suis aveuglée par la colère. Je sens mes yeux lui lancer des éclairs et je tente de me dégager, furieuse. Sans succès. Il finit bien vite par me lâcher de lui-même. Mes mains sont encore chaudes, mais je ne m’en soucie guère. Nous ne sommes pas dans un mauvais roman d’amour, il ne s’agit que d’un connard qui m’a volé ma précieuse photo de famille et qui espère que je finirai par lui céder. Le pauvre, il pense que je suis prévisible, que je finirais par lui tomber dans les bras mais, peu importe à quel point l’attraction entre nous est forte, je résisterai. Je n’ai pas besoin de lui dans ma vie, et je vais l’en faire sortir aussi vite qu’il n’y est entré…Bref, il colle dans mes mains, et de force, une enveloppe en papier kraft. Sous la pulpe de mes ongles, je crois deviner de quoi il s’agit, mais je veux en avoir le cœur net. Bien que cela ne se fasse pas en Corée, et en Asie en général, de déballer un cadeau en face de celui qui nous l’a donné, ce qui est différent en Occident, j’arrache bien vite le contenant à sa prison brune qui bruisse entre mes doigts et je reste interdite. Mon père me sourit derrière une feuille plastifiée. Un tas de sentiments contraires explosent en moi. Je ne lui ai jamais demandé de remettre ma photo à neuf. Même si ça partait d’une bonne intention, rien n’excuse son geste. Après tout, il n’est qu’un parfait inconnu. Nous n’avons même pas partagé correctement un dîner en tête à tête et, après les paroles rudes qu’il a eues à mon égard, l’imaginer s’introduire ainsi petit à petit dans ma vie, dans mes faiblesses, sournoisement, touchant ainsi à ma voiture et à ma photo, me donne le tournis. Néanmoins, il ne me laisse pas le temps d’exprimer mes idées qui, de toute façon, sont bien trop chamboulées pour ça, qu’il lâche d’un ton anodin, presque détendu, comme si nous étions de vieux amis : «  Où allons-nous ? Je crève de faim ! », ce à quoi je lui réponds, accompagnant mes paroles d'un clin d’œil :

«  Secret ! » Avant de poursuivre, provocatrice « Mais ne vous en faites pas, nous passerons une meilleure soirée qu'hier...Ce qui ne sera pas difficile me diriez-vous, n'est-ce-pas ? » Selon mon père, j'étais une sale peste et, à en croire ma mère, Candice, et mon comportement actuel, j'en déduis que c'est toujours le cas.

En tous cas, je n'avais pas prévu qu'il allait planter ses yeux dans les miens. Ni même que ça allait me déconcerter à ce point. Son regard est tellement pénétrant qu’il me fige sur place. Je suis incapable de l’interrompre, alors que c’est pourtant mon activité favorite. Il s’excuse en me disant qu’il ne voulait pas m’effrayer tout à l’heure, mais que le geste de son collègue envers moi était clairement inapproprié. Sur le coup il n’a pas tort, mais pourquoi est-il tout à coup si calme et prévenant par rapport à hier, où il ne cessait de me rentrer dedans ? Il veut certainement que je baisse ma garde, ça doit faire partie du jeu. Je finis par reprendre mes esprits et lui lance, sarcastique :

« Je n’ai plus aucune raison de venir au garage. Mais ce n’est certainement pas vous qui allez me dire ce que je dois mettre ou non. Que les hommes ne sachent pas être civilisés ne m’empêchera pas de vivre. Et, pour votre gouverne, vous non plus. » Je lui tourne le dos pour me diriger vers la voiture et, la main posée sur la poignée, je me retourne à nouveau vers lui :

« Bon, vous venez ? » Je m’engouffre dans la voiture. Il en fait de même. Nos corps sont assis l’un à côté de l’autre mais, étrangement, bien que nos auras semblent se frôler, ma peur s’est envolée. Je me baisse de son côté pour ouvrir la boîte à gants afin d’y glisser la photo. Mes doigts frôlent malgré eux ses cuisses. Mais je ne rougis pas. Je n’éprouve aucune timidité. C’est moi qui ai le volant ce soir, au sens propre comme figuré. Nous jouerons selon mes règles, dans un lieu qui m’est familier et où il n’aura aucun repère. Qui plus est, il aura peut-être de quoi le faire fuir, lui montrer que je ne suis pas une fille pour lui. Ainsi, il abandonnera l’affaire et je n’aurais plus à m’épuiser, le petit jeu finira et je reprendrais ma petite vie calme qui me manque bien que ce soir, j’aie envie de profiter au moins le temps d’une nuit de la dose d’adrénaline qu’elle m’offre. La conduite, bien que je manque encore d’expérience, et malgré mon accident d'hier matin, est plutôt l’une de mes spécialités. Les mains posées sur le volant avec assurance, le regard fixé sur la route, j’ai l’impression d’être une magicienne faisant danser les paysages autour de nous. J’accélère, et le filet de vent qui s’engouffre par la fenêtre entrouverte fait voler mes cheveux. Je me sens bien, libre, et capable de tout faire pour le captiver et le faire prendre ses jambes à son cou à la fois. Non, je ne perdrais pas. Une question me brûle pourtant les lèvres, et je suis bien décidée à la lui poser. Et, même si cela doit me faire parler de mon père décédé, aucune importance, je serais assez forte que pour l’endurer.

« Pourquoi avez-vous fait ça ? » Je ne dois pas oublier que son geste n’était qu’une intrusion dans ma vie privée, rien de plus. Quant à l’once de gentillesse qui m’a touchée malgré moi en découvrant la photo remise à neuf, je me rappelle également des fois où Myung Soo avait semblé être l’homme le plus gentil de la Terre et, ses attentions, elles, ne se résumaient pas à plastifier une photo que j’aurais préféré laisser telle qu’elle, de surcroît ce que j’aurais très bien pu faire par moi-même si je l’avais voulu.

« Ce que vous avez vu sur cette photo est une illusion. Je suis sûre que vous vous êtes imaginé des choses sur ma vie rien qu'en la regardant, non ? Pourtant, vous êtes certainement bien loin de vous figurer la réalité ! », dis-je sur un ton le plus neutre possible, le regard toujours rivé sur la route qui semble se créer petit à petit au fur et à mesure que nous avançons.

AVENGEDINCHAINS




young and beautiful
✢ " I fell for you since the first time I saw you, even if I yell " not you, not you ", I can't do as I please. " AOA, Confused

(c) black.pineapple

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 80
Date d'inscription : 21/05/2016
Age : 28
Situation : Célibataire

Jang Taek Hyeon
MessageSujet: Re: Good luck to get me   Sam 9 Juil - 17:00


Look at me, girl!
Taek Hyeon & Alexis



Plus j’essaie d’être gentil avec sa majesté pour rattraper mon comportement et plus elle me repousse. J’aurais vraiment tout essayé mais rien y fait, elle ne fait que continuer à m’énerver. Ce sentiment qui naît en moi est indescriptible. Je veux en savoir plus sur Alexis mais je sais qu’elle continuera à me rejeter bien que je ne veuille vraiment plus de relation avec elle. Ce n’est pas pour autant que j’abandonnerai le jeu dans lequel on s’est lancé et je le gagnerai quoiqu’il en soit puisque je n’ai rien à perdre maintenant que sa voiture est réparée et qu’elle n’est plus une cliente. Même pas un merci ne serait-ce que pour mon geste au garage ou pour la photo. Je me demande vraiment pourquoi ce soir elle a voulu ressortir avec moi…

Je m’engouffre dans la voiture comme elle me le demande mais je l’ignore malgré qu’elle effleure ma cuisse avec sa main chaude. Mon attention ne l’intéresse pas alors je décide de me comporter comme elle. Mais je me demande bien où elle va m’emmener et j’essaie d’étouffer le gargouillis de mon estomac. Pourtant son parfum chatouille mes narines et je me laisse enivrer le temps du trajet, je ferme les yeux. Elle trouble le silence installé en me questionnant sur mon geste.

-Pourquoi il doit y avoir une raison pour toutes les actions que nous faisons ? Je l’ai fait pour rembourser ma dette comme je te l’ai dit. Je ne peux laisser une jeune femme payer pour mon comportement et assumer les conséquences. Et si te plaît arrête de me vouvoyer pour de bon, j’aime pas me répéter…. Cela me gêne.

Je l’ai fait aussi parce que je l’enviais d’avoir un père aimant. Tout se lit très bien sur cette photo. Elle a été entourée d’une famille soucieuse de son bien-être, son sourire sincère est clairement identifiable. Mais je sens à sa réponse que quelque chose ne va pas, je ne cerne pas si c’est à mon égard encore une fois ou si cette photo représente un malaise pour elle.

-C’est-à-dire une illusion ? Tout semble bien réel sur cette photo. Rien de jouer tout y est naturel. Si je te montre une photo de ma famille tu verrais ce qu’est une illusion… .


Mes parents m'ont toujours mis à l'écart sur les photos presque comme si j'étais le servant. Il n'y avait que mon frère pour venir attraper ma main et me rapprocher... .Je sens une atmosphère encore plus pesante s’installer et j’espère voir le restaurant se dessiner au loin assez rapidement. Je n’ose plus parler je la sens encore plus sur la défensive.

-Pourquoi tu as voulu un autre RDV avec moi ? Je croyais que j’étais un sale type pervers ? Et je pense n’avoir rien fait de plus pour te faire changer d’avis.





AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 22
Date d'inscription : 25/05/2016
Age : 25
Situation : Célibataire endurcie

Park Alexis
MessageSujet: Re: Good luck to get me   Sam 9 Juil - 18:54


Girls, be confident, we are on top !
Taek Hyeon & Alexis


«  Vous allez dire que je me renferme, mais vous ramenez toujours tout à vous…à votre enfance malheureuse. Vous n’en avez pas marre de vous mettre toujours en victime ? Tous les êtres humains qui nous entourent ont leurs secrets, leurs blessures, de quel droit les jugez-vous ? » Je lâche sans réfléchir, énervée plus que de raison. Les échos de ma propre voix qui me parviennent ont l’air d’être aussi coupants que du verre. Ce type m’énerve bon sang, il fait partie de ceux que je déteste le plus au monde. Il n’arrive pas à la cheville de Myung Soo qui, certes, m’a trahie, mais qui, au moins, s’est toujours intéressé à moi. Peut-être faisait-il semblant, sûrement même, mais Taek ne lui arrive pas à la cheville. Je ne sais d’ailleurs pas pourquoi j’ai accepté un autre rendez-vous avec lui. Peut-être lit-il dans mes pensées, puisqu’il me pose tout haut la question que je pense tout bas. Pour le provoquer, je lui réponds en citant les paroles qu'il ma dites sur un ton suffisant il y a quelques minutes :

« Comme vous l’avez dit avant, on a pas toujours besoin de raison pour faire les choses. Vous m’en avez demandé un et j’ai accepté, peut-être par politesse, qui sait ? Je ne suis honnêtement pas en mesure de vous fournir la réponse, je ne la connais pas moi-même. Je vous énerve n’est-ce-pas ? Pourtant vous êtes là. Pourquoi ? Vous ne le savez probablement pas non plus, ça nous fait au moins un point en commun, je ne pensais pas que nous en avions un pour être franche. » Je lance, sarcastique, avant de poursuivre :

« Je continue de vous vouvoyer car je déteste qu’on me dicte ce que je dois faire sans me demander au moins mon avis. Voilà, vous savez tout… ! » Je me gare en face d’un bâtiment blanc, situé aux bords de la rivière Han. Il faut croire que Candice et moi, en bonnes californiennes, aimons un peu trop l’eau, tous les bons coins que nous fréquentons ces temps-ci sont des lieux modernes et branchés aux quatre coins du cours d’eau le plus connu de la péninsule sud-coréenne. Et c’est justement le plan que j’ai pour ce soir : lui faire peur avec une atmosphère distinguée et girly, bien loin de l’univers macho de son garage. En plus, je connais bien le propriétaire, je me sens donc en sécurité, en quelque sorte. Je sors de la voiture, rapide comme l’éclair, la contourne, et ouvre la portière de mon partenaire. Pour cette nuit, les rôles sont inversés. Je déteste les hommes trop galants, qui ouvrent notre portière ou qui nous payent le repas, ils ne se rendent pas compte que cela ne suffit pas, que l’important n’est pas de traiter bien une femme de façon stéréotypée, mais de la respecter en tant qu’être humain, sans lui imposer le moindre rapport de force. Taek a essayé de m’y soumettre également, peut-être inconsciemment, mais il va voir à quel point cela peut être gênant.

Nous entrons. Le lieu est agréable, aucune lumière agressive – pas comme dans son restaurant de hamburgers – n’y brille, seule  la lumière tamisée de nombreuses bougies, sur les tables et les meubles en bois, qui rappellent l’atmosphère douce et chaleureuse d’une maison d’été louée entre amis ou habitée par une famille le temps des vacances, enveloppe la salle et lui donne un air rassurant, presque une nouvelle teinte, oscillant entre le rose et le orange, faisant danser nos ombres sur les murs. De la musique, à la fois fraîche, douce et pétillante, raisonne, ni trop fortement ni trop faiblement, et les menus sont recouverts d’un tissu blanc un peu rugueux. Un homme d’une bonne trentaine d’années, un peu rond, m’accueille les bras grands ouverts :

« Oooh, ma chère Alexis ! Tu n’es pas venue avec Candice cette-fois ? »

« Hey non, comme tu peux l’constater… » Prends ça dans les dents Taek, je tutoie un homme qui a douze ans de plus que moi, sinon plus, et je te vouvoie alors que nous avons sensiblement le même âge, car je n’ai aucunement l’intention de te faire confiance. Il nous fait nous asseoir, sans aucune remarque déplacée, du moins en la présence de Taek, mais je sais que j’aurais le droit à des boutades, aussi bien de sa part que de celle de Candice, quand nous reviendrons toutes les deux. Je m’empare du menu, mais ne peut m’empêcher de relever la tête vers Taek, dont le visage brille différemment à la lueur des bougies. Il a presque l’air…inoffensif. Nous commandons et nous rendons les menus à un serveur. Je pose mes coudes sur la table, le menton posé sur le revers de mes mains et plonge, sans le vouloir, mes yeux dans les siens :

«  Bon, puisque votre vie était apparemment la pire du monde entier, et visiblement, selon vous, bien plus difficile à vivre que la mienne, racontez-la moi, ça m’intéresse… » Nous sommes interrompus par l’arrivée de nos apéros. Je n’ai pas intérêt à boire trop, puisque je dois reprendre le volant après, mais j’ai bien droit à un petit verre de vin blanc, dont le bord est délicieusement bordé de fruits rouges, pour me détendre, non ? Au moment où je trempe mes lèvres dans le liquide doux et sucré, je sens deux mains familières se poser sur mes épaules et me retourne. Un ami de mon père, que je n’ai pas revu depuis des années – depuis sa dernière visite aux Etats-Unis en réalité, ce qui remonte à ma première année de lycée, ou ma dernière de collège, j’avoue que je ne sais plus trop – me sourit, les yeux brillants. Je pense qu’il a dû forcer un peu sur l’alcool…

« Alex…C’est toi ? »

« Ou…Oui ! Bonsoir M.Choi, ça fait longtemps ! »

« A qui le dis-tu ! Tu étais encore si petite quand je t’ai vue pour la dernière fois… » Il s’adresse soudainement à Taek, mon sang ne fait qu’un tour :

« Tu sais que je la connais depuis qu’elle est née ? C’était un beau bébé…Mais un peu capricieux, elle pleurait toujours pour que son père la prenne dans ses bras... » Je toussote, dans l’espoir naïf de le faire taire ou de couvrir ses paroles, mais cela n’a que pour effet de le faire se retourner vers moi : « Tu as enfin un copain Alex ? Mon dieu c’est merveilleux ! J’ai téléphoné à ta mère le mois dernier, et elle me disait que tu ne semblais toujours pas intéressée par les hommes. C’est dommage pourtant, une fille aussi belle que toi…et c’est de ton âge ! Ton père serait fier de voir à quel point tu as bien grandi…Quand on y pense…à cause de ces foutus terroristes, il a raté toutes les plus belles étapes de ta vie… » Je sens les larmes me monter aux yeux. Bon sang, il n’y avait qu’une chance sur un million que je tombe sur un vieil ami de mon père, et peut-être deux sur un milliard qu’il ne déblatère, complètement saoul, mes histoires de famille devant un homme, qui se trouve être Taek qui plus est ! Je sens soudainement la main de ce dernier se poser sur la mienne :

« A quoi tu joues ? » Merde, je l’ai tutoyé sans le vouloir…L’ami de mon père lève mon verre avant de le reposer devant moi...ma parole, il est vraiment ivre :

« A vot’ santé les jeunes, profitez-bien de la vie, elle est courte ! Beaucoup de bonheur ! » Une fois qu’il est sorti du restaurant avec l’homme qui l’accompagnait, je retire ma main et fusille Taek du regard :

« Je savais pas qu’on en était arrivés à ce stade… », dis-je, sarcastique. Je lève la main pour commander un autre verre de vin. Promis, après j’arrête, mais j’en ai bien trop besoin. Deux verres, ce n’est quand même pas grand-chose…Si ? Bon, la vérité est que je n'en suis pas à mon deuxième verre mais, ça, je vous l'expliquerai plus tard...

AVENGEDINCHAINS




young and beautiful
✢ " I fell for you since the first time I saw you, even if I yell " not you, not you ", I can't do as I please. " AOA, Confused

(c) black.pineapple

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 80
Date d'inscription : 21/05/2016
Age : 28
Situation : Célibataire

Jang Taek Hyeon
MessageSujet: Re: Good luck to get me   Dim 7 Aoû - 22:31


Look at me, girl!
Taek Hyeon & Alexis



Je me mordais la langue pour ne pas lui répondre sous la colère. Toujours la même rengaine, blablabla il n'y a que madame qui est malheureuse et qui a le droit de l'exprimer. J'ai bien compris le message et je n'ouvre plus la bouche tellement elle m'énerve jusqu'à ce qu’on descende de voiture. Apparement la vue risque d'être belle puisqu'elle se gare proche de la rivière Han, un lieu que j'aime car on peut facilement s'y promener avec Teukie et se relaxer. Je sens que ma soupape va lâcher, elle ose venir m'ouvrir la porte .... Je sais bien qu'on imposece geste aux filles mais on nous apprend petit à toujours être galants avec elle car elles sont soit disant plus faibles que nous.

Je vois qu'elle veut se montrer supérieure à moi avec son restau de bobo à lumière tamisée et souligner mes mauvais choix précédents. Nous arrivons à notre table après qu'un bonhomme ait approché Alexis comme un vieille ami. Je suis sur mes gardes alors que je ne vois rien de malveillant mais cette atmosphère est différente des endroits où j'ai l'habitude de traîner.

Elle veut en savoir plus sur ma vie, bizarre alors qu'elle n'a fait que me reprocher de la lui raconter. Mais avant cela j'ai mes interrogations.

-Qui est Candice? et ensuite je te raconterai ce que tu veux savoir.

Je l'écoute me révéler ce détail et je respecte ma promesse.

-Puisque je suis si souvent misérable en face de toi, comme tu me l'as souligné plus tôt, et que je sais que ça t'emmerde, je vais te la raconter. Je suis détesté par mes parents et ma famille à cause de ses yeux. Ma mère m'a à peine pris dans ses bras, c'est la nounou qui m'a élevé. Mes parents m'ont dit que je ne serais jamais leur héritier et qu'il ferait un autre enfant en conséquence. C'est pourquoi j'ai un petit frère, adorable, à qui je n'en veux pas du tout il n'est pour rien dans leur bêtise. Tu dois te dire que je suis ridicule, comme depuis le début de notre rencontre, mais qu'aurais-tu fais si ton père ne t'avais jamais aimé? Donc je suis parti pour vivre ma vie et arrêter d'être un fardeau familial.

Je sais qu'elle s'en foutais mais j'aime lire l'ennuie de ma présence dans ses yeux. J'avale une gorgée du breuvage commandé par Alexis et c'est très sucré voire trop même. Cependant nous voilà encore interrompu par un homme qui connait la jeune coréenne. Je l'écoute attentivement me raconter l'enfance de sa majesté. Un bébé capricieux? cela n'a pas changé. Son petit-ami? elle en rêve! je rigole en mon fort intérieur et je vais jouer sur ces paroles. Je pose ma main compatissante sur celle d'Alexis, comme si je connaissais son histoire. Sa réaction ne se fait pas attendre au point de me tutoyer.

-Je ne joue à rien, yeobo ;). Tu pourrais nous présenter au moins.


Cette rencontre l'avait déstabilisé et elle commanda encore à boire après avoir retirer sa main.

-Si t'es saoule je ne te porterai pas et je ne tiendrai pas tes cheveux si tu dois vomir.


Je le ferai quand même mais elle n'a pas besoin de le savoir. Je prends mon air sérieux quand même pour revenir sur le récit de l'ami de son père.

-De quoi il parlait? Veux-tu bien me raconter? Même si je ne suis pas la personne avec qui tu veux partager tes histoires, tu as l'air bouleversé....

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Good luck to get me   

Revenir en haut Aller en bas
 

Good luck to get me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» yang min jee ▬ i wish you good luck
» Good luck Charlie !
» farley + among them, it passed for good luck
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Good Morning England - Demande de partenariat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Séoul city :: Hongdae :: Car Spirit-